Mi-parcours: Chypre mon amour

1er Novembre-By Louise

En quittant la Turquie superbe et placée sous le signe du vélo bon niveau, on imaginait Chypre petite île au littoral plat et aux paysages à couper le souffle. Je ne vous parlerai pas de Chypre, son automne arrivant et son relief aux allures de Ventoux. Et ce non parce qu’il y eut effectivement un petit différentiel entre l’image « coquillages et crustacés » et la réalité ( nous rappelant notre statut de pèlerin plus que de touristes, ce qui est une très bonne chose)*** mais parce qu’un 1er novembre, soit une fête de tous les Saints, pour une catho sur les traces d’un saint de la trempe de St Paul, accueillie dans la paroisse du même nom à Paphos ( où a séjourné ce dernier) difficile de partager en priorité sur les paysages chypriotes plus que sur notre apôtre star.

Il y a deux semaines encore, sous le soleil d’Antalya, je me revois me dire que je serai bien incapable de parler de Paul, ne sachant par où commencer, ni comment, vu la complexité et l’ampleur de la tâche. Il y a toujours cette même appréhension puisqu’il me semble impossible de rendre toute la richesse et la beauté tant de sa personne que de ses écrits autrement qu’en s’y plongeant. Il y a pourtant certains jours où la lecture semble aussi facile à avaler qu’une aprèm de vélo dans le Trodoos  (NDLR: comprendre indigeste. Voir infra). Il y en a d’autres où je sens comme une chaîne un peu plus huilée dans ma tête et où certains points incompréhensibles quelques jours avant,s’éclaircissent soudain (je prends conscience de la chance de ce temps permettant de lire les écrits de Paul en continu, et d’ainsi en saisir la construction, l’esprit et le contexte). Il y a surtout ces moments où par le cœur et les rencontres que nous faisons nous semblons approcher plus encore le personnage et son message.

Paul en 10 mots pour moi avant une journée de vélo ce serait l’entier, l’intrépide, l’érudit, le témoin, le manager, l’ouverture, le converti, l’apôtre, la justesse, l’enflammé. On aurait mille autres choses à dire sur lui mais pendant une journée de vélo j’en suis à des questions beaucoup plus concrètes. Comment faisait il pour marcher sous des pluies pareilles pendant des années? Rêvait il d’une aprèm entre potes un peu confort et superficielle (pièce à conviction n 1: conversation interpaulettes pour se fixer une aprèm shopping au retour)? Lui arrivait il d’oublier passeport et portefeuille et de s’en rendre compte 40 kms plus tard (Amelo award)? Pestait il dans les côtes interminables de ce pays?

 

Ce qui est sur c’est que pédaler sur ses traces permet de toucher la ténacité et le bulldozer que devait être le bonhomme. On ne pourrait prétendre arriver à comprendre les batailles de sa vie, en premier lieu physiques, mais on ne peut qu’en constater les fruits. Particulièrement nous comprenons chaque jour plus en profondeur ses mots « ne vous inquiétez de rien ». Il faut dire que notre part du travail consistant à lâcher prise est particulièrement facilitée vu l’accueil chypriote. Nous ne parlerons pas de notre prière nuit où nous fumes accueillies par des sœurs franciscaines tenant une maison pour personnes âgées, (pas peu fière d’avoir à 24 ans fait une nuit en maison de retraite…) ni de leur bienveillance, leur gentillesse et du son des cloches résonnant très « welcome home ».

DSCN1942

On pourrait tout autant parler du Père Andrew de Limassol, rencontré le lendemain, accomplissant parfaitement l’évangile de Marc écrite au dessus de sa porte « vous tous qui êtes fatigués et chargés, je vous donnerai du repos » à coup de KFC qu’il fait livrer au logement qu’il nous trouve pour la nuit.

On en arrive à ne plus savoir qu’elle fut la fois la plus facile pour être accueillies, entre Polis où trois personnes plus tard nous tombons certainement sur un agent immobilier nous ouvrant la porte d’un de ses appartements en 5 minutes chrono (décoré « gipsy style » par les Paulettes) et la ville d’Episcopi où posant nos fesses dans un bar, Chris gérant des lieux vient nous proposer un toit avant presque d’en avoir formulé la demande.

DSCN2030

La perspective d’un logement dur sembla pourtant s’effondrer lorsque oubliant un peu trop vite la frontière Nord-Sud nous voilà obligées de faire un détour et passer par les montagnes du Trodoos. Nous éliminons avec regret la possibilité d’aller visiter le monastère de Kikkos, au vu des kms à faire avant la nuit. 3 heures à grimper, 1000 m de dénivelés (« c’est beau mais ça monte. Ça monte mais c’est beau. Ça monte plus que c’est beau. Ça monte »).

DSCN1982

Enfin nous arrivons dans un petit village à la nuit tombante. Arrivées à l’église orthodoxe, nous tombons notamment sur un pope l’air pas commode plus qu’accueillant. Il nous conseille Kikkos pour aller dormir, sauf qu’il nous est impossible vu l’état de nos jambes de faire ces 10 kms de plus pour ce fameux endroit. On regrette de ne pas avoir fait option grec au lycée pour traduire « kapout ». 2 coups de fil plus tard, on ne comprend rien si ce n’est qu’il faut attendre 5 minutes ici. L’habit ne faisant pas le Pope, arrive un pick up, conduit par un garde forestier appelé par le Pope pour nous monter jusqu’à Kikkos où une chambre nous attend. Hommage à l’épicier sur le chemin, acceptant de redescendre en pyjama rouge soyeux pour nous ouvrir son magasin.

Petit déj dans la cantine des popes du monastère le lendemain avant une visite privée de ce lieu splendide.

DSCN2011

On s attend le jour d’après à ressortir notre tente en ne trouvant personne à Paphos à la paroisse St Paul. C’était sans compter sur différentes aides nous conduisant jusqu’aux Pères Carlos et Miguel, missionnaires d’Argentine, un sourire à donner la patate à une trame entière de métro à châtelet à 8h30.

DSCN2037

Ils nous proposent un logement chez une paroissienne sri lankaise, kumarie, élue coup de cœur de l’année des Paulettes  sans aucune hésitation. La grande grande classe, grosse claque sur la manière dont ces gens accueillent les étrangers que nous sommes.

DSCN2090

2 jours passés à leurs côtés, on se sent trop bien dans cette paroisse, leur joie commune et leur humour nous motivant pour les deux jours de pluie suivants. Elle est canon cette Église qu’il donne à voir: ouverte, œcuménique, dynamique et de tous horizons.

Vous me direz que je m’éloigne de St Paul, en réalité je suis en plein dedans, par le témoignage que tous ces gens sont pour nous. Vous rajouterez qu’on les quitte aussi vite qu’on a pu les rencontrer. C’est vrai mais il y a aussi deux autres témoins qui depuis le début rendent le quotidien toujours aussi génial et me font avancer par leur personne, leur manière d’être, leur questions. Je remercie le ciel de pouvoir vivre ces deux mois avec Amelo et Clem.

A mi-parcours, en cette journée de la Toussaint, je n’ai qu’un souhait: que St Paul continue à intercéder pour nous et à envoyer des personnes aussi belles sur ma route que celles rencontrées depuis le début.

*** ERRATUM: rendons à César ce qui lui appartient, deux jours après avoir écrit cette newsletter nous ne croisons que des merveilles de paysages. La preuve en photos très bientôt!

DSCN2104

10 réponses à Mi-parcours: Chypre mon amour

  1. Vinou dit :

    Amélo qui oublie son portefeuille et passeport ?? Mais naaaaaaaaan

  2. Tonton nic dit :

    bel article une fois de plus! Et déjà la moitié du voyage, wahou! Keep the pressure!

  3. Bruno Cadart dit :

    Je me réjouis beaucoup que vous vous laissiez prendre par la personne de Saint Paul et donc par la personne du Christ, parce que, même au milieu du mal qu’il ne voudrait pas faire et qu’il fait, du bien qu’il voudrait faire et qu’il ne fait pas, il est suffisamment uni au Christ en se laissant rejoindre dans sa faiblesse pour dire en vérité: « Ce n’est plus moi qui vis, c’est Christ qui vit en moi. » C’est tout le mal que je peux vous souhaiter. Bonne route.

  4. Marge dit :

    Et comme disaient nos paysans gersois « Ahhh les pauvrettes, elles sont pas rendues. » (À prononcer avec l’accent adéquat ).
    J’espère que les paysans chypriotes sont aussi accueillant et surtout avec le même rapport accueil-taille du t-shirt/absence du dit t-shirt.
    Milles baisers nous pensons tous à vous avec admiration et enthousiasme!

  5. lavanant dit :

    coucou les courageuses paulettes et bravo pour les diplômes, Fleury suis votre périple par les documents que j’imprime. Nous sommes par la prière en union avec vous .
    je vous embrasse. monique

  6. jean pol d'Arcis dit :

    Bonjour a vous trois, apres avoir lu les quelques lignes sur vous dans le pelerin.
    donc j’ai aprofondi, j’ai un mot BRAVO d’avoir choisi Saint Paul et aussi la volonté d’aller si loin à vélo.
    J’ai fais deux fois saint Jacques de vezelay et du puy , mais en partant de chez moi
    Pres d’arcis sur Aube, et Rome l’an dernier, je suis pres pourle tour de la Bretagne ma region d ‘origine.
    je viens de faire une balade d’un mois en Jordanie, au retour de Jérusalem traverser vers jordan river, le jourdain n’ai pas très large mais demander un visa
    avant … rire!!!!
    A votre retour en France passé par la maison , entre deux coupe de champagne je vous montrerai les photos de St Jacques et du mont Nebo de Petra .
    dans cette attente bon camino .
    Jean Pol

  7. Jean-Christophe dit :

    Hello les Paulettes!

    Le récit de vos aventures est super, on s’y croirait! Que de rencontres, de surprises, de pentes, de kms, de Saint Paul spirit! Je me réjouis de savoir que votre périple tient toutes ses promesses, et que tout va bien.

    Et grand bravo pour votre diplôme!

    Jean-Christophe

  8. Florence Magne dit :

    Bravo!!!!!
    Vous nous faites rêver!
    tante Floflo

  9. P. Jean-Louis dit :

    C’est toujours trop sympathique de vous lire, les Paulettes. Vous avez l’air de super bien en profiter. Que le Seigneur vous comble de connaître la profondeur, la hauteur, la longueur… pas seulement du relief, mais de son Amour.
    Merci pour votre carte aussi!
    Jean-Louis (La Viale)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>