700 kms au compteur !!

Newsletter n˚3 by Amélie

« Meraba, çay ? » (Bonjour, un thé ?) Cette phrase est devenue presque banale et nous en venons à faire nos enfants gâtés en refusant les çay proposés pour bien choisir l’endroit propice où faire nos pauses. Un luxe ! Mais si j’aimerais pouvoir vous dire qu’une réelle conversation s’engage ensuite avec ces turcs si généreux, au bout de 3 semaines nos échanges se limitent à « bonne nuit », « on n’a pas d’argent », et « 1, 2, 3, 4, 5″… Mais il nous reste encore quelques jours pour progresser, nous n’avons pas encore abandonné !

Entre deux çay, cette semaine a été marquée par un apprentissage accéléré de la mécanique du vélo. Avec de (trop) nombreuses crevaisons à notre actif – moyenne de 0.75 par jour – le démontage de pneu/cherchez où est l’erreur/nouvelle chambre à air au fond des sacoches/remontage du pneu n’a plus de secret pour nous. On peut même se vanter d’avoir acquis une certaine dextérité en la matière. Le palmarès étant néanmoins décerné à bike jagger (fidele destrier de Louison) et José (celui de Clem) qui se sont accordés une petite folie à quelques jours d’intervalle : une casse de chaîne… Ponctuée d’une phrase fatale de Louise « cette fois-ci, c’est fini ». Mais non, ce n’est jamais fini ! Après, un atelier formation expresse en bord de route de réparation de chaîne, nos deux vaillants vélos sont repartis comme en 40, ou presque. Il faut admettre que, comme pour le turc, nous progressons chaque jour mais … nos compétences vélistiques restent limitées et il était plus sage de les confier pour une séance de révision bichonnage à un pro du vélo à Antalya.

Chaque journée est comme un kinder surprise, elle s’annonce belle mais nous réserve toujours d’encore plus belles surprises ! Désolée pour cette basse comparaison mais c’est la première qui m’est venue à l’esprit… Paysages magnifiques et variés, rencontres, moments de joie … En particulier, nous sommes chaque jour surpris et touchés par la générosité des turcs.

Dimanche dernier, nous arrivons alors que la nuit allait bientôt tomber à Buçak, sans plan précis pour la nuit si ce n’est ne pas trop s’éloigner de la gare routière pour Pauletto Fouc qui doit prendre un bus tôt le lendemain matin. Nous nous posons dans le premier bar attirant que nous voyons, ses chichas nous tendant les bras. S’ensuit un conciliabule enfumé sur la stratégie à adopter dans cette ville où, à part un hotel 3 etoiles-pas-dans notre budget, nous ne voyons pas tellement de solution … Nous nous tournons donc vers notre seul interlocuteur local : le propriétaire du resto, Mustapha. Dans un angloturc plus qu’approximatif dans lequel nous sommes devenus maîtres, nous lui exposons notre problème voyant en lui notre seul sauveur potentiel. Et, mieux que nous ne pouvions l’espérer, il nous propose de venir dormir chez lui. Bon, ok nous n’avons pas tout compris et attendons non pas une heure et demi mais trois heures et demi avant de pouvoir y aller, nous permettant d’enchainer les parties de président et de barbu, pendant lesquelles …la magie du lieu opérant … pour une fois les mauvais joueurs sont bon esprit ! Nous finissons par aller dans l’ appartement de Mustapha, et comme si son accueil n’était pas suffisant, il ressort pour acheter un apéro. Il nous débouche son magnum de vin de Cappadoce pour les hommes et çay pour les filles. Suite à la présentation de notre projet, il a eu une réaction très courante ici et peut être assez censée : il nous a pris pour des fous. Le vélo, il l’a mis au placard dès que possible à 16 ans pour passer à la moto. Bizarre ces frenchies …

Lundi, Fouc étant rentré en France, nous tentons de ne pas imposer trop de conversations girly à Gus. De toute façon, la journée a laissé peu de place aux discussions futiles : 85 kms en montagne, à enchaîner de longues et interminables montées et de trop rapides descentes sans une minute de répit au milieu de paysages incroyables et de tous petits villages. Nous faisons une nouvelle fois l’expérience que la beauté se mérite à la force des mollets. Depuis le début, les plus belles journées de vélo ont été les plus corsées. CQFD : oui, nos mollets sont très beaux ! Nous terminons notre ascension sur ce qui nous semble être le toit du monde, avec la très grisante sensation que tous les autres sommets que nous voyons sont nettement plus bas que le notre. Avant de redescendre dans la vallée sous un bel orage très rafraichissant…. Check des freins : ok. Ce cadre grandiose et imprégné d’un beau silence était d’autant plus appréciable que les voitures sont totalement décomplexées du klaxon et qu’il semble que le b-a-ba de l’accueil soit de mettre la musique à plein decibels. Il faut aussi que je vous avoue que le Saint Paul reading est devenu la carotte pour terminer les montées, c’est dire si nous sommes devenues des Paul addict !

DSCN1514

Cette journée devait marquer les esprits… Arrivés épuisés à Kavön, nous nous rendons vite compte que la ville est bien plus petite que ce à quoi nous nous attendions. C’est à dire composée d’une station service, d’une mosquée, d’une mairie ressemblant plus à un repère de mafieux et d’une dizaine de maisons. Nous commençons par passer nos vélos boueux au karsher, ce qui n’est pas superflu. Puis nous nous lançons dans notre désormais rituelle recherche de logement. Nous interrogeons d’abord la station service qui nous propose une sorte de kiosque en bord de route, que nous décidons de garder en plan B. Les Paulettes et Paulettos sont exigeants. Et nous continuons notre quête auprès d’une vieille dame qui ne comprend pas un traître mot de ce que nous lui racontons sauf lorsque nous lui demandons si quelqu’un parle anglais ici. Elle remonte la rue, nous laissant un peu dépités et revient avec Peren, une espèce de jeune bomba fashionista turque sortie tout droit d’un bollywood, laissant les 3 Paulettes pantoises ! Une bien belle Providence ! Parlant parfaitement anglais, elle nous offre dans sa pharmacie un capuccino et des chocolats salvateurs après cette dure journée. Devant notre légitime étonnement quant à sa présence dans ce village, elle laisse planner un mystère en nous racontant qu’elle a ouvert cette pharmacie sur un coup de chance qu’il serait difficile d’expliquer même en turc. Cette conversation est tenue sous le regard bienveillant de son père, officier a la retraite, présent pour l’aider matériellement mais aussi très certainement pour lui donner crédibilité et autorité à l’égard des hommes du village. Et il a bien raison de veiller au grain car elle doit faire tourner bien des têtes ! A commencer par celles des Paulettes. Si les vêtements techniques font sérieux sur les vélos et allemands en visite, rassurez-vous nous ne risquons pas de vous les imposer à notre retour ! Pas de doute, les après-midi shopping ne seront pas encore chez Decath. Après, nous avoir rempli les sacoches de gateaux et de fruits, elle nous conduit dans une salle attenante à la mosquée dans laquelle l’imam adorable accepte de nous accueillir pour la nuit. De nouveau, nous avons çay et grenades à profusion grâce à l’imam et son « adjoint », qui nous installent un grand tapis, très cosy. Comme ça, nous étions aux premières loges pour l’appel à la prière de 5h30, génial !

DSCN1536

Nous enchaînons sur une courte journée de vélo pour nous rendre à Pergé, site antique par lequel Saint Paul est passé. Le lieu est idéal pour lire les Epîtres, mais le temps orageux et lourd nous ramollit et nous ne nous éternisons pas. Nous reprenons la route pour Antalya, et nous rendons directement au « Paul’s coffee » vendu par le lonely comme LE caffé des amoureux de Saint Paul. Créé par un couple de protestants californiens animés d’un esprit missionnaire, ils ont réussi à faire reconnaître leur centre culturel comme un temple protestant il y a 10 ans après une longue bataille avec les autorités locales. Nous mettions beaucoup d’espoir dans ce café pour avoir des conversations Pauliniennes, trouver un toit pour la nuit … mais s’il faut reconnaître que Renata est accueillante et fait d’excellents milkshakes, la qualification de « lovely » du fait d’emporter les intentions de prières des détenues à Jérusalem, son absence d’aide pour nous loger et le nom de Saint Paul semblant être utilisé plus comme un prétexte a déçu nos attentes …

Nous passons une journée et demie à Antalya, et en profitons pour délasser nos muscles dans une belle eau turquoise dans une toute petite crique. Un gentil papy nous laisse l’un des deux lits-transats en bois en nous expliquant qu’il passe de toute façon 4 mois de l’année sur celui-ci. Généreux certes, mais surprenants ces turcs …

DSCN1572

Jeudi, big day : les Paulettes deviennent Maîtres Paulettes !!! Nous découvrons nos résultats le soir dans un endroit absurde lors d’un arrêt de bus pendant lequel nous arrivons à capter le wifi. Nous sautons de joie et crions surexcitées sous les yeux ébahis des locaux ! Depuis, tout petit plaisir est justifié par un  » on fêfe le CAPA? »

Et justement, nous trouvons un des hotels les plus glauques de la ville de Konya pour le fêter, coup de folie ! Pressés par la nuit de trouver un logement, nous acceptons une chambre dans un hotel miteux. Pour que vous puissiez vous en faire une petite idée, imaginez que c’est le genre d’endroit où l’on sort de la douche plus sale qu’avant d’y rentrer, où règne une désagréable odeur de tabac froid qui désormais imprégne toutes nos affaires et où la peur d’être caressé par un cafard pendant la nuit risque de devenir réalité. De jour le lendemain matin, il était évident que cet endroit ressemblait plus à hôtel de passe qu’à une honnête guesthouse. Ayant la désagréable sensation de s’être faits complètement roulé, nous n’insistons pas pour faire une grasse mat et trouvons 10 mètres plus loin un hotel douillet pour le même prix.. Voyons cette nuit comme une expérience intéressante de découverte de la culture locale !

DSCN1605

Prenant vendredi un bon petit déjeuner pour « fêter le CAPA » dans un salon de thé très local, nous rencontrons Amhed, turc kurde, qui est aussi à Konya pour la journée. Il parle couramment français car il a vécu un an en France. Il nous accompagne dans notre visite du très beau mausolée de Mevlana Rumi, fondateur du soufisme. Bonne occasion pour continuer de découvrir le soufisme, branche du sunnisme axée sur la méditation et le silence intérieur. Cette forme particulière de pratique de l’Islam est assez répandue en Turquie. Nous bombardons également de questions Amhed sur l’islam et la vie en Turquie autour d’un traditionnel çay.

kr

DSCN1625

Depuis samedi, nous sommes à nouveau entre Paulettes, Pauletto Gus étant rentré en France. Nous perdons avec les Paulettos, notamment bien sûr, nos atouts diplo avec les locaux ! Plus possible de se défiler maintenant !

En vélo, l’absence de routine combiné à l’effort physique nous donne la sensation de vivre chaque journée intensément. Ces routes nous permettent également d’entrevoir les paysages et les difficultés physiques qu’a pu voir et ressentir Saint Paul. Vraiment le top du top pour se plonger dans les Epîtres ! Notre nouveau leimotiv est « Ne vous inquiétez de rien » comme nous le dit notre nouveau meilleur ami … qui nous fait relativiser ces problèmes mécaniques, ces vélos verront Jérusalem !!

On pense bien à vous et suite des aventures au prochain épisode !!

4 réponses à 700 kms au compteur !!

  1. Vinou dit :

    Je pense à vous !!!!
    Love love love

  2. HORAIST Claudine dit :

    Bravo les Paulettes. Je vous accompagne chaque jour et je pense à vous. J’ai hâte de voir vos photos de la Cappadoce. Nous pourrons comparer… Courage pour la suite, vous êtes des vraies pro du vélo et du rustinage ! j’ai connu cela pendant la guerre…pas toujours facile de faire quelque chose avec rien… Je vous embrasse toutes très fort.

  3. provost joelle jean pierre dit :

    avec du retard nous espérons que la route se déroule bien sous vos vélos
    amitié
    Joëlle jean pierre

  4. Camille dit :

    Top top vos aventures ! Merci de les partager avec nous
    Gros bisous
    On pense à vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>